Digital detox d'une semaine - L'expérience de Starterland
2696
post-template-default,single,single-post,postid-2696,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Mon digital detox d’une semaine

Dans un monde où tout va toujours plus vite et où on passe en moyenne 50 minutes par jour à consulter le flux de nos réseaux sociaux sur nos smartphones, j’ai testé pour vous les bienfaits du digital detox. Voici les conclusions de mon expérience…

digital detox

Mon digital detox

Pour ceux et celles qui me suivent régulièrement sur ce blog et sur toutes les autres plateformes de média sociaux, vous avez peut-être constaté que j’ai été totalement absent du monde numérique la semaine dernière !

Eh oui, pas un post, pas un like, pas un commentaire, pas de partage, aucune publication sur intagram et une story qui est demeurée désespérément vide pendant 7 jours…

Si on aurait pu attribuer cette disparition numérique à une éventuelle panne de wifi ou, pire encore, un problème de santé, il n’en est rien : je vous rassure !

Il s’agissait d’une décision prise en pleine conscience et mûrement réfléchie.

En effet, et après des mois de connexion quasi permanente, j’ai tout à coup ressenti l’envie et le besoin de «tirer la prise» redonnant à mon iphone le simple rôle de téléphone à l’ancienne.

Alors, comment ai-je vécu cette semaine sans publication ni article de blog ?

Découvrez sans plus attendre le fruit de cette expérience hyper singulière pour un digital & marketing mogul qui y passe habituellement en moyenne 3 à 4 heures chaque jour…

 

Pourquoi faire un digital detox ?

pourquoi un digital detox

Le digital detox est à la mode et nos amis français souhaitent même aller plus loin en inscrivant le droit de débrancher directement dans leur code du travail.

Plusieurs études semblent d’ailleurs avoir démontré les bienfaits de cette pratique d’un point de vue humain, social ainsi que sur l’état de santé général des populations hypra-connectées.

Comme je vis, actuellement, une forte période de stress et d’hyper-activité professionnelle, je me suis donc dit qu’une petite pause me permettrait de me concentrer sur d’autres missions et de passer le cap plus sereinement.

Avant de me lancer dans l’aventure, j’ai imaginé annoncer officiellement mon absence des réseaux sociaux via un post spécifique.

Encore une fois de plus, cette sempiternelle crainte de ne plus être présent, d’être oublié si rapidement que tout le travail accumulé jusqu’ici n’aurait servi à rien.

Comme si le fait d’informer de la date de mon retour pouvait constituer une assurance contre l’oubli numérique

Au final, j’ai décidé de la jouer «à la hussarde» en stoppant purement et simplement ma production/consommation frénétique de contenus digitaux.

Précisons que depuis très jeune, j’ai été attiré par le monde de l’informatique et des ordinateurs au sens large. Le numérique a donc toujours fait partie de mon monde et je m’y trouve généralement très bien.

Je suis totalement conscient qu’il n’y pas que les circuits imprimés, les disques durs et autres apps dans la vie. Mais pourquoi la perspective de ce digital detox me semblait si difficile à envisager ?

 

La peur du digital detox

A mon sens, la réponse se situe en 2 points :

  • La peur de rater quelque chose (si quelque chose d’incroyable se passait et que je n’étais pas au courant – tendance voyeuriste).
  • La non-possibilité de partager avec ma communauté digitale (ne pas être en mesure de communiquer mes expériences du moment sur les réseaux sociaux – tendance exhibitionniste).

 

Partant de ce principe et en prenant un peu de distance, un petit digital detox me semblait tout à coup une opportunité acceptable pour m’éloigner de certains de mes comportements personnels parfois un peu débiles !

C’était donc parti pour l’aventure d’une semaine sans social networks

 

Les résultats de l’expérience

Comme je le mentionnais plus haut, ce digital detox s’inscrivait dans une période particulièrement «chaude» au niveau de mon activité d’entrepreneur.

En effet, nous devions attaquer 2 jours de révision comptable (ceux qui connaissent me comprendrons mieux) ainsi que la réalisation de plusieurs missions très prenantes.

Dans ce contexte, je n’ai pas ressenti aussi fortement que je le pensais le «manque» du check rapide du flux d’actualité…

Concentré sur des travaux intellectuellement et professionnellement engageants, mon cerveau semblait suffisamment nourri pour se passer des perpétuels «shoots» usuels d’updates de Facebook, Instagram et autres LinkedIn 🙂

Toutefois, je vais être parfaitement honnête avec vous. Je ne vous cache pas que mon iphone est demeuré proche de moi, toujours à portée de main et que j’ai eu quelques moments coupables de rechute…

Et oui, comment résister à savoir ce que mon beau-frère a mangé hier soir ou quelle est la nouvelle citation que Gary Vee vient de poster sur Facebook : Allez, je m’autorise un petit dérapage avec la pause-café…

Mais rien de bien grave par rapport à ma consommation habituelle de flux d’informations continu (utile et bien entendu futile).

Alors quelles conclusions puis-je tirer de cette semaine particulière dans la vie d’un digital entrepreneur?

 

1. Effet sur ma productivité

in the flow

J’ai pu constater un effet positif important de mon digital detox sur ma productivité notamment sur des projets réclamant une réflexion de fond et une définition stratégique.

Effectivement, j’ai eu plus de facilité à entrer dans ma zone de «flow» à plusieurs reprises engendrant des résultats très intéressants pour l’avancée de mes projets.

Etant une personne qui a de la peine à tenir en place et qui préfère jongler d’activités en activités, je me suis surpris à passer plus de 2 heures sur un mind-mapping/briefing avec un plaisir non dissimulé.

Et je peux vous assurer que c’est très inhabituel pour moi.

 

2. Effet sur mes relations avec les autres

relations avec les autres

Le fait de ne pas avoir en main mon smartphone dès que j’ai 2 minutes de répit m’a permis d’être plus à l’écoute des autres et surtout d’être globalement plus «présent».

Je trouve effectivement qu’il est plus bénéfique de ne pas avoir la tentation de «scroller» systématiquement pendant une discussion avec un collègue ou une autre personne de son entourage.

Ma capacité empathique s’en est trouvée décuplée pour le bien-être de chacun.

 

3. Effet sur mon sentiment d’urgence

urgence

A mon sens, les réseaux sociaux ont un impact non négligeable sur le sentiment d’urgence qui semble s’être s’installé dans nos vies modernes.

On a toujours quelque chose à publier ou à découvrir. Le flux ne stoppe jamais et cela engendre un feeling d’impératif permanent. Dès lors, un stress évident finit par prendre le pas sur la simple excitation de la nouveauté et de la découverte.

Ma semaine de digital detox m’a donc permis de ralentir un peu…. Je demeure quelqu’un d’hyper-actif patenté toutefois, j’ai été en mesure de m’aménager plus d’espaces pour souffler que d’habitude.

Vous savez : ces instants si délicieux où on vraiment l’impression de ne rien avoir à faire…

 

4. Effet sur ma capacité à la réflexion

J’ai également pu observer que ma cure de diminution d’information a eu un effet positif sur ma capacité de réflexion.

Moins encombré, mon esprit m’a semblé plus enclin à imaginer des pistes pour un avenir lointain et de prendre de la distance par rapport au «day to day business».

C’est probablement l’idéal pour mieux gérer les périodes de réflexions stratégiques ou de réo-orientation personnelle/professionnelle.

 

5. Effet sur mon stress

Le digital detox c’est bon pour le stress et la tranquillité de l’âme !

En effet, en limitant très fortement mes interventions/consultations sur les réseaux sociaux, je me suis senti beaucoup plus relax et moins dans un besoin/désir d’une attention de tous les instants.

Dès lors, j’ai pu observer le retour en surface d’une vielle accumulation de fatigue physique et mentale.

Mon rythme s’est donc vu modifié et je me suis couché plus tôt que d’habitude comme si mon corps pouvait enfin se reposer un peu (beaucoup :)).

Je dois tout de même vous avouer que cela m’a fait bizarre, lors de mes connexions fugaces sur les réseaux, de voir que l’engagement de ma communauté avait pratiquement disparu et que les visites sur mes profils et autres sites internet avaient enregistrées un recul non négligeable.

Et alors (ou so what comme disent les anglo-saxons) ?

Je me suis rassuré en imaginant que tout rentrerait dans l’ordre quelques temps après mon retour digital et je me suis autorisé à vivre pleinement cette expérience…

 

6. Effet sur ma motivation à revenir plus fort

plus fort

Si je faisais abstraction de mon dernier constat, je pense que je n’aurais aucune raison de relancer la machine numérique.

Cela consisterait à occulter le dernier effet que j’ai pu constater lors de ce digital detox…

Eh oui, rien ne vaut une mise de distance passagère pour se rendre compte qu’une chose nous manque terriblement…

Cette semaine si particulière m’a donné une nouvelle énergie, une nouvelle envie d’aller de l’avant et je suis prêt à revenir encore plus FORT !

Des projets plein la tête, mon detox a dopé ma motivation à continuer de délivrer un maximum de valeur au travers de mon blog et des ma présence sur les réseaux sociaux.

D’aider le plus de gens possible à lancer leur business et inventer leur futur. C’est ma whyology, ma mission et ma raison d’être d’entrepreneur.

 

En conclusion

Même si je n’ai pas totalement réussi à décrocher cette fois-ci, cette semaine de digital detox a été très instructive et riche en enseignements.

Passer de plusieurs heures par jour à quelques minutes seulement représentait un changement important dans mon comportement et ma relation avec l’information.

Si les technologies de l’internet et des médias sociaux font aujourd’hui partie intégrante de nos vies sociales, il est finalement très sain de s’en éloigner de temps en temps.

On y revient d’autant plus frais et prêt à en tirer le meilleur possible sans pour autant perdre de vue l’essentiel qui fait que nous ne sommes finalement, bien plus que des machines.

Et c’est un «digitaliste» pur jus qui vous le dit 🙂

Je suis certain que je vais reconduire l’expérience de manière régulière et pourquoi pas instaurer des périodes officielles de déconnexion (comme par exemple mes vacances ou les week-ends).

Je vous conseille d’essayer et vous verrez on y devient également très vite accro…

10 Comments
  • Benjamin Schwaar
    Posted at 07:31h, 14 mars Répondre

    Excellente initiative Dan !
    Pour ma part c’est mon actuelle hospitalisation qui m’obligé à effectuer une digital detox. Même si des rechutes sont évidentes.
    Au contraire le Whatsapp et Facebook et téléphone me rend joignable…mais c’est un opposé de situation je pense.. Par contre diminuer sa consommation d’ècrans est très positive et bènéfique pour le corps et la tête. .

    Et développer de nouvelles idées. Prendre du recul en se baladant dans la nature.

    Et discuter avec des humains !
    Bonne continuation et retour à la e-vie connectée 😂

    • Dan Noël
      Posted at 07:35h, 14 mars Répondre

      Hello Benjamin et merci pour ce témoignage. L’hyper-connexion fait aujourd’hui partie de nos vies… c’est l’évolution. Par contre et comme tu le dis très justement, je pense qu’il faut savoir s’extraire du flux de temps en temps, respirer, s’inspirer et revenir avec encore plus de motivation à changer le monde 🙂

      A plus et très bon rétablissement.
      Dan

  • ACZ
    Posted at 08:32h, 15 mars Répondre

    Ils disent que bien que cette excessie flux d’information empêche le bon fonctionnement de l’empathie et de l’écoute. Scientifiquement c’est prouvé.

    Du coup, l’empathie étant notre moyen de relation entre humain. Cela est vraiment mis à tord.
    D’où les conséquences de l’individualisme.

    Donc tout ce que vous avez ressenti et observé ne m’étonne pas.

    En plus, le cerveau n’est pas fait pour enmagaziner autant d’infos. Il s’épuise.

    Je suis contente qu’une personne se soit donné les moiyens de vivre l’expérience et je vous félicite.

    Je vais mettre votre article sur Facebook 😉

    Bonne journée

    • Dan Noël
      Posted at 13:18h, 15 mars Répondre

      Bonjour et merci bcp pour ce commentaire très intéressant. Je pense effectivement reconduire l’expérience régulièrement afin de « laver » mon cerveau et revenir encore plus motivé et performant 🙂

      Meric 1000 fois pour le partage et faites-moi signe en cas de besoin.
      Dan

  • Virginie Kyburz
    Posted at 13:37h, 15 mars Répondre

    Bonjour Dan,

    Merci d’avoir partagé votre expérience. C’est hyper intéressant et je pense que d’autres vont vous suivre pour un « jeûne » digital de temps en temps 🙂
    Virginie

    • Dan Noël
      Posted at 16:11h, 15 mars Répondre

      Merci bcp pour ce commentaire Virginie. Un repos digital ponctuel pour mieux revenir 🙂

  • Anne-Marie Van Rampaey
    Posted at 17:51h, 16 mars Répondre

    Bonjour Un grand merci pour ce partage. Une vraie bouffée d’oxygène !

    • Dan Noël
      Posted at 17:56h, 16 mars Répondre

      Merci bcp Anne-Marie pour ce commentaire. #BeAStarter #StayHuman

  • Les réseaux sociaux: Un développement positif? – FR140 2017 French Language 4
    Posted at 16:34h, 18 avril Répondre

    […] Mon digital detox d’une semaine […]

  • Les regrets sont toxiques, comment éviter de les cultiver | Starterland
    Posted at 08:27h, 03 mai Répondre

    […] faut savoir ralentir lorsque cela est nécessaire, prendre du temps pour soi et faire un detox des réseaux sociaux. Et croyez-moi cela ne vous rendra que plus fort pour la […]

Post A Comment